Anaisthêsia pour 2 hautbois

« Anaisthêsia » et « Invention », pièces pour 2 hautbois, Alain Vlamynck


Je vous partage aujourd’hui 2 créations pour 2 hautbois que j’avais réalisées une fois de plus en des temps reculés. Je ne parlerais pas de nostalgie personnelle mais force est de reconnaître que ces années passées étaient bien plus fécondes en ce qui me concerne. Disons que j’étais dans une certaine dynamique et enthousiaste.

Il m’est souvent arrivé de les jouer en duo comme plein d’autres pièces que j’ai dans mes cartons mais les enregistrer ne m’avait jamais effleuré la tête. Ce n’est pas ce que j’ai fait de mieux mais je ne crois pas qu’elles manquent de qualité ou d’originalité, surtout Anaisthêsia.

En fait, en farfouillant dans mes affaires, j’ai regardé ces 2 partitions et finalement je les ai trouvées amusantes d’une certaine façon. Amusantes car aux antipodes l’une de l’autre et pourtant écrites par votre humble serviteur.

Avec la Faculté de musicologie, j’avais travaillé sur le langage dodécaphonique et le sérialisme lors de cours basés tout autant sur l’analyse que l’écriture ou la création si vous préférez. Anaisthêsia date de cette époque. Il s’agit de deux miniatures pour 2 hautbois s’appuyant sur une série tout en gardant malgré tout une certaine part de liberté, surtout dans la deuxième miniature. Le rythme peut faire appel à des mesures à valeurs ajoutées ou pas mais quoiqu’il en soit il est assez riche et joue un rôle important. Je pourrais disséquer ce que j’ai écrit mais je préfère vous laisser écouter en espérant que vous arriviez à « entrer » dans cette musique.

Le titre avait quelque chose de provocateur je trouve avec une musique « calculée » en un certain sens : l’absence de sensations comme pour signifier l’absence d’émotions. Pourtant, aujourd’hui je ne trouve pas cette musique vide mais une chose est certaine, il me fallait être bien réveillé pour jouer ça avec mon double maléfique car c’est pas évident ! 😅

La deuxième création que je vous partage est beaucoup plus simple et convenue. Elle s’intitule « Invention ». Je vous laisse trouver l’allusion mais ça ne va pas plus loin 😅 Brièvement certains passages sont plus proches de Telemann ! Cette pièce est un jeu imitatif à la sauce néo-baroque. Les deux hautbois sont dans un échange, un dialogue permanent. Même si ce n’est pas une pleine réussite, il y a là une fraicheur sympathique, je crois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.