Roseaux Popeye

Essai de roseaux pour hautbois de Camargue / Test of canes for oboe from the Camargue


J’ai reçu des roseaux pour les essayer… ET donner mon avis car ils sont issus d’une nouvelle plantation, on dira et seront vraisemblablement commercialisés d’ici peu. Cela demeure un petit échantillon (12 roseaux) mais cela permet de se faire une petite idée pour commencer.  Après, je ne suis pas obligé non plus de fournir une étude statistique ! 😅

Sous le sceau du secret, je me suis donc amusé à les baptiser les roseaux Popeye. C’est toujours mieux que X non ? 😁 

Alors, de quoi s’agit-il ? 

roseaux Olivia 1

roseaux Olivia 6

Ces roseaux qui resteront mystérieux pour le moment sont français et issus du Sud-Ouest de la Provence.  Ils sont d’un jaune pâle, uni et sont peu tachetés. Leur diamètre d’origine est 10,75mm. La gouge est classique avec 20/100ème de moins entre le centre et les côtés. D’une épaisseur de 57-58/100ème, je constate qu’ils sont plus épais d’un centième en général mais c’est marginal. Le seul réel problème rencontré est la taille car la forme H104 est à 75mm et les roseaux font 76mm ce qui est la norme aujourd’hui et du coup, ils sont asymétriques à la pliure : plus longs d’un côté. Ce n’est pas non plus rédhibitoire. Enfin j’espère. Juste dérangeant au montage.

roseaux test de dureté

En les examinant attentivement je constate qu’ils sont assez durs mais avec une flexibilité partagée entre roseaux souples et moyennement fermes. 

roseaux test de souplesse

Une bonne partie des roseaux a coulé rapidement ce qui semble indiquer une bonne densité. Au moment de plier les roseaux, je leur ai trouvé une certaine élasticité, une certaine résilience en reprenant leur forme. 

anches hautbois roseau olivia

Au pré-grattage, le vernis part très facilement. Le roseau se gratte, se travaille très facilement et semble déjà donner une bonne finition avec des fibres assez fines. Cela peut vous sembler fou ou du moins étranger mais j’aime le son sous la lame du couteau. 😁

Au grattage avec la machine, les copeaux semblent crémeux et un peu translucides. (Les roseaux ont été préalablement trempés même si certains -je le sais- préfèrent gratter à sec)

ET AU FINAL ?

Alors que le travail se déroulait paisiblement,  avec de bonnes impressions dès le départ, j’étais loin de m’imaginer l’écueil sur lequel j’allais m’échouer.  Un manque de succès d’une rare intensité sur 12 anches, voyez plutôt :

  • 2 bonnes anches, de la rondeur mais avec beaucoup de résistance, 
  • 4 anches criardes, jouables mais il faut en avoir l’envie
  • 2 anches avec un son complètement étouffé. Etrange…
  • 3 anches totalement injouables pour ne pas dire ignobles
  • 1 anche fendue, là ce n’est pas le roseau qui est en cause 😅

Le testeur de dureté m’avait fait craindre le pire mais la torsion étant assez souple, j’avais espéré quelque chose de positif. Au final, ces anches ont une caractéristique commune : celle de ne pas vibrer et je suis profondément déçu du résultat. Les 2 seules anches qui fonctionnent ont vraiment une rondeur très sympathique mais sont résistantes comme je l’ai indiqué. Il me faut quasiment « mordre » au niveau de mon embouchure pour pouvoir les jouer. Je sais que le diamètre d’origine est 10,75mm quand je suis plus habitué à jouer du 11mm mais personne ne me fera croire que la cause est ici. Ce n’est pas du 9mm non plus ! 

Pour gagner un peu en certitudes, j’aurais dû numéroter les anches pour dresser un bilan plus précis  entre la nature de ces roseaux et le résultat final mais j’estime avoir perdu assez de temps comme ça ! 

Mais avant d’être trop sévère, il faudrait pouvoir juger avec plus que 12 roseaux. Un autre lot peut également faire la différence. On sait tous comme le roseau est un animal inconstant ! Si jamais vous essayez ces roseaux à l’avenir et dont je précise que le nom ici est purement fictif, j’espère que vous aurez plus de succès que moi !  😉


I have received canes to try them on… AND to give my opinion because they are from a new plantation,  and it will probably be marketed soon. This remains a small sample (12 reeds) but it gives you a small idea to start with.  Afterwards, I am not obliged to provide a statistical study either! 😅

Under the seal of secrecy, I therefore had fun baptising them Popeye reeds. It’s always better than X, isn’t it? 😁 

So, what is it all about? 

These canes, which will remain mysterious for the moment, are French and come from the South-West of Provence.  They are pale yellow, plain and have few spots. Their original diameter is 10.75mm. The gouge is classic with 20/100ths less between the centre and the sides. With a thickness of 57-58/100ths, I note that they are generally a hundredth thicker but this is marginal. The only real problem encountered is size as the H104 shape is 75mm and the reeds are 76mm which is the norm today and as a result they are asymmetrical at the fold: longer on one side. This is also not a disincentive to pruning. At least I hope so. Just disturbing when mounting.

If I look at them carefully I can see that they are quite hard but with a flexibility split between soft and medium firm reeds. 

A good part of the canes have flowed quickly which seems to indicate a good density. When I bent the canes I found them to have a certain elasticity, a certain resilience as they regained their shape. 

When pre-scraped, the varnish leaves very easily. It’s very easy to work with and seems to give a good finish with fairly fine fibres. It may sound crazy or at least foreign to you but I like the sound under the blade of the knife.

When scraping with the machine, the shavings seem creamy and a little translucent (the reeds have been soaked beforehand even if some – I know – prefer to scrape dry).

AND AT THE END?

While the work was going peacefully, with good impressions from the start, I was far from imagining the pitfall on which I was going to run aground.  A lack of success of a rare intensity over 12 reeds, see instead :

  • 2 good reeds, roundness but with a lot of resistance, 
  • 4 screaming reeds, playable but you have to be willing to play them
  • 2 reeds with a completely muffled sound. Strange…
  • 3 reeds totally unplayable, not to say vile.
  • 1 split reed, here it is not the reed that is in question 😅

The hardness tester had made me fear the worst but the torsion being quite soft, I had hoped for something positive. In the end, these reeds have one thing in common: they don’t vibrate and I am deeply disappointed with the result. The only 2 reeds that work really have a very nice roundness but are resistant as I said. I almost have to « bite » at my mouthpiece to be able to play them. I know that the original diameter is 10.75mm when I am more used to playing 11mm but nobody will make me believe that the cause is here. It’s not 9mm either! 

To be a little more certain, I should have numbered the reeds to make a more precise balance between the nature of the reeds and the final result but I think I have wasted enough time as it is! 

But before being too severe, I should be able to judge with more than 12 reeds. Another batch can also make the difference. We all know how the reed is a fickle animal! If you ever try these reeds in the future, and I should point out that the name here is purely fictitious, I hope you will be more successful than I am! 😉

popeye et olive

 

 

4 commentaires

  1. Bonjour Alain,

    De prime abord ils avaient pourtant l’air sympathiques ces roseaux.
    J’aime bien le son du grattage, à écouter le soir pour s’endormir (peut être que c’est efficace).
    bonne journée
    Gérard

    J'aime

    1. Bonjour Gérard,

      Pour les nuits d’insomnie, je n’ai pas essayé le son du grattage. L’idée est lancée mais… Je ne suis pas très convaincu 😅

      Bon week-end

      J'aime

  2. laurent thenard dit :

    Bonjour Alain,

    toujours sympa de vous lire. Ah la quête sans fin de l’anche parfaite…
    Maintenant qu’elles sont râtées pourquoi ne pas essayer de finir ces 9 anches à l’américaine?
    Ca peut s’avérer super efficace pour des anches qui vibrent difficilement et réserver de bonnes surprises.
    Après avoir gratté à l’européenne pendant une bonne trentaine d’années, je suis devenu assez fan du grattage américain, notamment pour le hautbois d’amour et aussi pour faire des anches de second hautbois, c’est-à-dire qui répondent très facilement dans le grave piano tout en gardant un son rond.
    A bien y réfléchir d’ailleurs, c’est un grattage certainement plus simple pour les débutant car il est plus facile d’identifier les 4 zones qui permettent de jouer séparément sur l’attaque, le timbre, le maintient de la vibration et la tenue de l’anche pour la justesse.
    J’ai appris le grattage américain grâce aux excellents tutoriels de Jennet Ingle sur Youtube et aussi grâce à votre blog qui m’a fait découvrir la bible de l’anche de Graham Salter.

    J'aime

    1. Bonjour Laurent,
      Ici ce n’est pas la quête de l’anche parfaite mais bel et bien un test de roseaux que l’on m’a demandé de réaliser avant leur commercialisation éventuelle. Donc je me contente de faire ce que je réalise habituellement et de manière standard afin d’avoir une base de comparaison réaliste à mes yeux.
      Maintenant il me faut ajouter une nouvelle partie car avec du temps de repos et 2 nouvelles sessions de grattage, j’obtiens de meilleurs résultats 😉 Cordialement

      J'aime

Les commentaires sont fermés.