Anches de Cor Anglais ?

Réaliser une anche de cor anglais et « Roseaux du Var » de chez Lorée / Making an English horn reed and about « Canes du Var » from Lorée


L’inconvénient quand on souhaite jouer un cor anglais ou un hautbois d’amour et que l’on en possède pas, c’est d’avoir des anches ! Bien entendu.

Et quand l’instrument est sur le point d’arriver, une urgence, une petite voix se fait plus insistante : 

« Mais dépêche-toi donc d’en faire !« 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’ai vendu mon cor anglais Lorée en bois de violette il y a 5-6 ans déjà et depuis je n’ai plus fait une anche pour cet instrument comme j’ai pu le raconter précédemment. Tout juste avais-je une anche grattée et une autre montée qu’il me restait pour un essai depuis ces années. 

gougeuse tony allcock

Ayant jadis eu une gougeuse combo de Toni Allcok, qui réalisait aussi bien des roseaux pour hautbois que pour cor anglais, je dispose  encore d’un petit stock de roseaux gougés plus ou moins réussis ou loupés. Et je préciserais bien plus loupés que réussis car ce n’était pas ma grande préoccupation et j’avoue qu’avec le cor anglais tout fonctionnait plus simplement avec moins de caprices !

Toutefois et voulant mettre un peu plus de chances de mon côté aujourd’hui pour confectionner de nouvelles anches,  je me suis souvenu que j’avais acheté il y a peut-être 20 ans un lot de 10 Roseaux du Var, de chez Lorée, gougés et taillés. 

roseaux var cor anglais

Bien que mon coeur était à l’ouvrage, je confesse que le montage fût une vraie galère. Le tube qui danse la samba sur un mandrin inadapté (car j’ai eu l’idée lumineuse un jour de vendre celui pour cor anglais)  les roseaux qui n’arrêtent pas de dévier de leur axe, le fil qui me rentre dans la chair de mon index à cause d’une tension plus élevée que d’ordinaire… Bref ! Voilà une chose qui ne me manquait pas du tout ! 

A méditer : il faudrait peut-être que j’achète des anches déjà montées ! 

Le hic : ce choix colle peu avec ma personnalité qui aime se débrouiller seul et être indépendant…

anches cor anglais 1

Au final, je pense n’avoir pas trop mal réussi. Sur les 5 anches, 3 sont pas mal et bouchent très bien. Les 2 autres seront mes premières cibles au moment de les gratter. Pour le moment, tout ce petit monde se repose. Affaire à suivre ! 

Par contre j’ai envie de revenir un petit peu sur les roseaux concernés car j’ai vraiment été étonné d’avoir autant de difficultés notamment pour ficeler le roseau sur le tube et cela m’a donné l’idée de prendre des mesures. 

Un 1er constat pas surprenant vu l’âge de ces roseaux est qu’ils ont pris une teinte orangée. Ils m’ont également parus très large en comparaison de ceux que je réalise avec mon taille anche H98. Mais la tension excessive qu’il m’a fallu exercer sur le roseau avec le fil était dû je pense à sa largeur à la base mais surtout à son épaisseur ! Cette dernière était pour le moins atypique je trouve ! 

forme H98
                                                                                                  FORME H98

71-72/100ème…. Mais seulement à la pointe ! Le reste du corps du roseau faisait 78/100ème  sur l’axe central. Pensant à un roseau loupé, j’ai vérifié les autres qui m’ont confirmé ces mesures singulières.  Cette gouge effilée semble donc toute à fait volontaire du producteur que j’ignore. 

J’ai longtemps pensé, plus jeune, que les « roseaux du var » de chez Lorée étaient des Ghys qui adoptaient justement la mention roseaux du var en sous-titre. Mais je me souviens qu’ils avaient ensuite cherché à gommer cette confusion. En ayant posé la question une fois sur la provenance de leurs roseaux, j’avais eu une réponse évasive. Si vous le savez, n’hésitez pas et dites le moi ! Maintenant et depuis toutes ces années, l’origine des roseaux n’est peut-être plus la même… 

Un autre détail a attiré mon attention : le ratio entre le centre et les côtés pour la gouge qui est de -15 alors qu’il est plus habituel de le trouver à -20 ou -22.  Enfin, la  longueur du roseau est à 94mm quand on en trouve beaucoup plus à 92 mais surtout 93mm aujourd’hui. 

roseaux du var cor anglais

anche cor anglais alain vlamynck

J’avoue avoir eu un peu de mal à monter et à gratter les anches mais le plus important est déjà d’obtenir un son, pas vrai ? Le cor anglais est un tout autre instrument. Il ne s’agit pas de dire que c’est un hautbois en plus grave. Il faut s’adapter sur le souffle et la justesse notamment. Bref ! J’ai du  boulot devant moi ! 

Je vous laisse avec cette petite vidéo qui présente mon tout nouveau cor anglais et laisse entendre ma 2ème anche… Car la 1ère, il vaut mieux l’oublier ! Même la poubelle souhaiterait l’oubli ! 🤣


The disadvantage when you want to play an English horn or an oboe d’amore and you don’t own one, is that you have to succeed in making reeds ! Of course.

And when the instrument is about to arrive, an emergency, a small voice becomes more insistent : 

« Hurry up and make some!« 

I sold my English horn Lorée in violet wood 5-6 years ago and since then I have not made a reed for this instrument as I have told you before. I just had a scraped reed and another tied that I had left for a test since those years. Having once had a gouger combo from Toni Allcok, who made canes for oboe as well as English horn, I still have a small stock of more or less successful or failed gouged canes. And I would specify more failed than successful because it was not my great concern and I admit that with the English horn everything worked more simply with less whims!

However and wanting to put a little more chance on my side today to make new reeds, I remembered that I had bought a lot of 10 canes from the Var, from Lorée, gouged and shaped, perhaps 20 years ago. 

Although my heart was at work, I confess that the assembly was a real pain. The staple which dances the samba on an unsuitable mandrel (because I had the bright idea one day to sell the one for English horn 🙄), the shaped canes which don’t stop deviating from their axis, the thread which enters me in the flesh of my index finger because of a tension higher than usual… In short! This is something I didn’t miss at all! 

To think about : maybe I should buy reeds already assembled ! 

The rub : this choice doesn’t fit my personality which likes to be independent and to manage alone…

In the end, I don’t think I did too badly. Out of the 5 reeds, 3 are not bad and plug very well. The 2 others will be my first targets when I scratch them. For the moment, all this little world is resting. To be continued! 

On the other hand I want to come back a little bit to the canes concerned because I was really surprised to have so many difficulties in particular to tie the reed on the staple and that gave me the idea to take measures. 

A first observation not surprising given the age of these canes is that they have taken on an orange tint. They also seemed very large compared to those I make with my shaperform H98. But the excessive tension that I had to exert on the reed with the thread was due I think to its width at the base but especially to its thickness! The latter was, to say the least, atypical I think! 

71-72/100th…. But only at the tip! The rest of the body of the cane was 78/100th on the central axis. Thinking of a missed reed, I checked the others which confirmed these singular measurements.  This tapered gouge therefore seems to be completely voluntary from the grower whom I do not know. 

I thought for a long time, when I was younger, that the « canes of the var » from Lorée were Ghys who adopted precisely the mention « Roseaux du Var » as a subtitle. But I remember that they then tried to erase this confusion. When I asked the question once about the origin of their canes, I had an evasive answer. If you know, don’t hesitate and tell me ! Now and for all these years, the origin of the reeds is perhaps not the same anymore… 

Another detail caught my attention: the ratio between the centre and the sides for the gouge which is -15 whereas it is more usual to find it at -20 or -22.  Finally, the length of the reed is 94mm when we find much more at 92 but especially 93mm today. 

I must admit that I had a little trouble to set up and scrape the reeds but the most important thing is already to get a sound, isn’t it? The English horn is a completely different instrument. It’s not to say that it’s a lower oboe. You have to adapt to the breath and the pitch in particular. In short! I’ve got a lot of work ahead of me! 

I leave you with this little video which presents my brand new English horn and lets you hear my second reed… Because the first one, it’s better to forget it and  even the bin prefers not to remember it ! 🤣

2 commentaires

  1. Bonjour Alain,

    Vous avez franchit le pas, il a l’air superbe. Je vous souhaite plein de joie avec votre
    nouvelle acquisition. Vous allez faire des jaloux, au moins un …..
    Merci et bonne journée
    Gérard

    J'aime

    1. Merci Gérard de votre gentillesse.
      Le cor anglais me manquait trop. Et comme l’univers du hautbois est ma douce folie, j’ai décidé de céder à la tentation 😁

      J'aime

Les commentaires sont fermés.