Roseaux Marigaux

Article concernant les roseaux gougés et taillés Marigaux et à densité testée / Article about Marigaux gouged and shaped canes with tested density 

 


 

Depuis quelques temps déjà, je souhaitais essayer des roseaux dont la densité a été testée. Cette notion est – je le crois – plus souvent utilisée par nos amis bassonistes ou du moins depuis plus longtemps que nous, hautboïstes. Mais bien que je sois curieux,  je n’ai pas envie d’investir plusieurs centaines d’euros dans l’appareil dévoué à ce travail et construit par Rieger et dont je ne mets nullement en cause l’efficacité.

rieger densité hautbois

J’ai déjà eu l’occasion de voir des personnes habiles et débrouillardes pour se confectionner un système similaire mais à moindre frais : les charmes du do-it-yourself. Mais non , cela ne me dit pas non plus.

En fait, même s’il existe différentes méthodes pour évaluer la densité d’un roseau, j’avoue ne pas avoir trop envie de m’embarrasser avec de l’eau, 2 mesures et un calcul.

Choisissons pour une fois la simplicité !

En me tournant vers Heiko Frosch, celui-ci m’a invité à essayer notamment les roseaux de la gamme Marigaux. Leur densité est ici testée et la sélection est d’après lui plus importante encore que pour sa propre gamme de roseaux « densité testée ».

J’en profite pour signaler que depuis quelques années il est en partenariat avec Marigaux pour créer toute une gamme d’accessoires et de produits que vous pouvez retrouver sur oboe-shop.de mais aussi et avant toute chose sur le site dédié accessories.marigaux.com . Si vous vous souvenez, j’avais eu l’occasion de vous parler des tubes Marigaux 1SL et Marigaux 2.

accessoires oboeshop

J’ai reçu comme toujours mon colis assez rapidement et c’est un plaisir de me se retrouver avec un emballage soigné.  J’apprécie cela : c’est sérieux.

Les roseaux ont été protégés dans un petit étui en plastique d’ailleurs bien pratique et sont accompagnés d’une feuille qui précise l’origine du roseau, son diamètre, sa densité, son ratio pour la gouge entre le centre et les côtés et la taille.

roseaux marigaux 8

Actuellement, Heiko réalise et vend des roseaux taillés à la main justement pour la gamme Marigaux. Il pense qu’ils s’adaptent plus facilement sur le tube au montage. Si cela vous intéresse, vous trouverez facilement des tailles anches qui se distinguent par la taille de leur pointe avec une distribution assez usuelle : 7 / 7,1 / 7,15 / 7,20 / 7,25 et 7,30m.

roseaux marigaux gougés taillés

Pour ma part j’avais envie d’avoir une base de comparaison avec une forme que je connais plutôt bien : H104. Cette forme n’est plus trop à la mode mais ça m’est égal ! Je l’aime bien et on dira que ça fait une partie de mon charme hautboïstique si singulier ! 😇 🖕 😁

D’autre part, comme je souhaitais avoir un aperçu de la forme RC15, c’était également une bonne occasion. Mais sur ce point, cela restera un essai plus personnel.

roseaux marigaux 9

L’aspect extérieur des roseaux est bien jaune, doré. Jolie couleur dans l’ensemble. L’intérieur montre une fibre assez fine. Les roseaux paraissent un peu pâle intérieurement : peut-être s’agit-il d’une récolte assez jeune ?

roseaux marigaux 10

Les roseaux sont bien taillés et je les ai tous mesurés sur leur longueur. J’ai aussi vérifié les côtés. Le travail est très bien fait.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’avais souhaité une épaisseur de 58/100ème sans préciser plus.  Les 2 lots de roseaux correspondent à l’épaisseur 58-59/100è avec une petite prédominance des roseaux en 59/100è.

On peut également obtenir des roseaux en 57-58/100è et je n’y ai pas fait attention. C’est dommage pour moi car à choisir je préfère des roseaux un peu plus minces si ils ne font pas exactement 58/100ème. A chacun ses névroses n’est-ce-pas ? 🤣

Je n’ai relevé qu’un seul défaut sur la gouge avec plusieurs roseaux : c’est une chute de l’épaisseur en dessous du marquage prononcé pour la pliure. Je ne m’en fais pas, justement parce que c’est situé à la pliure et que – une fois montée – l’anche sera coupée pour l’ouvrir. C’est donc sans incidence.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Même si la densité et la dureté ne correspondent pas à la même notion, il y a quand même une certaine corrélation. Un roseau dense n’est pas obligatoirement un roseau dur, mais à choisir des densités élevées je crois que l’on obtient tout de même des roseaux durs. Ayant pris des mesures à ce sujet, j’ai obtenu le tri suivant :

Pour une densité élevée, j’ai obtenu ici des roseaux dont la dureté va de 7 à 11. J’adore les  roseaux de dureté 10 et 11 et je m’inquiète un peu pour les autres qui sont bien en dessous : je suis souvent moins chanceux avec. On verra bien !

roseaux marigaux 7

N’ayant pas la possibilité de calculer et de vérifier moi-même cette densité, je me suis contenté de peser, de calculer la masse de ces roseaux.

Pour se rapprocher de la densité, il me faudrait en effet connaître leur masse volumique. Le ratio de cette dernière par rapport à celle de l’eau nous donne la densité. N’ayant pas de super éprouvette graduée pour connaître le volume d’un roseau assez rapidement, je me suis contenté de leur masse tout en me disant qu’à volume égal (ou supposé comme tel puisque les roseaux ont la même épaisseur et sont taillés à l’identique) elle devrait être relativement constante et qu’une valeur plus importante serait le signe d’une densité plus élevée.

  • Pour les roseaux taillés avec la forme H104, les valeurs se sont réparties de 0,182g à 0,214g avec une moyenne de 0,200g et un écart-type de 0,0097g.
  • Pour les roseaux taillés avec la forme RC15, plus longue et plus trapue, les valeurs ont été logiquement un peu plus élevées et se sont réparties de 0,200g à 0,232g, avec une moyenne de 0,211g et un écart type de 0,0095g.

Cela peut être le point de départ d’une base de comparaison entre des roseaux de même dimensions. Ici, cela me sert surtout à réaliser combien nous sommes déjà dans l’infiniment petit et que malgré tout les résultats semblent homogènes : ceci atteste d’une manière ou d’une autre la qualité de la sélection initiale.

La densité et la dureté du roseau (qui définit ou caractérise plutôt sa résistance) sont de bons alliés pour trier le bon grain de l’ivraie et sélectionner les roseaux qui vous conviennent le mieux.

L’avantage de la densité est qu’elle peut – avec les outils adéquats- être très facilement calculée avant même de travailler le roseau, quand celui-ci vient tout juste d’être fléché par exemple. La dureté est un indicateur bien plus précis quand on l’évalue sur un roseau gougé.

On peut aussi s’amuser à évaluer la densité en immergeant verticalement un tube ou une pièce de roseau et noter le pourcentage que représente la partie immergée par rapport à sa longueur totale. C’est une démarche finalement assez gratuite… mais laborieuse. Et c’est précisément ce dernier point qui va m’offrir une conclusion !

Je suis un passionné et une personne qui passe parfois pour un fou. Cela ne me dérange pas. 🤪 Pour le hautbois et mes anches, je ne regarde pas mon temps. C’est du moins ce que je dis en effet. Si j’avoue avoir plaisir à trier mes roseaux avec quelques astuces assez naturelles et…instinctives, je suis moins disposé à faire des calculs sur des centaines de roseaux ! Vous êtes libres de penser différemment !

Je suis heureux de les travailler moi même, c’est indiscutable. Mais en voyant le roseau qui a été sélectionné et testé sur sa densité, j’obtiens des roseaux homogènes, uniformes et un gain de temps considérable qui me pousse à envisager à nouveau l’achat de produits finis ou semi-finis à l’avenir, au moins sous la forme d’une réserve de précaution !

photo alain vlamynck

J’ai durant ces quelques jours monté plusieurs anches déjà avec ces roseaux Marigaux et je continuerai un peu par la suite en me laissant le temps d’observer et de ressentir les choses. J’ai déjà indiqué leur qualité sur le tri, sur la gouge et sur leur homogénéité. J’ajouterai ici qu’ils semblent bien agréables à travailler, avec une fibre un peu crémeuse et facile.

roseaux marigaux 14

La vibration obtenue n’est pas tout à fait à mon goût pour être franc et cela ne remet pas du tout en cause leurs qualités : la prochaine fois, il me sera profitable de choisir des roseaux avec une densité un peu moins forte, tout simplement. C’est en fait la seule chose à déterminer grâce à des essais : trouver ce qui nous convient.

A vous d’essayer !


https://www.oboe-shop.de/fr/roseaux-gouges-tailles-pour-hautbois-marigaux-densite-testee-46548.html

https://accessories.marigaux.com/fr/roseaux/roseaux-goug-s-taill-s/


 

For a while now, I wanted to try canes that have been density tested. This notion is – I believe – more often used by our bassoonist friends, or at least for longer than we oboists ! But although I’m curious, I don’t want to invest several hundred euros in the device dedicated to this work, whose efficiency is undeniable and built by Rieger.

I’ve already had the opportunity to see skilled and resourceful people making a similar system but at a lower cost: the charms of do it yourself.  But no, I don’t feel like it either.

In fact, even if there are different methods to evaluate the density of a reed, I confess that I don’t want to embarrass myself with water, 2 measurements and a calculation.

Let’s choose simplicity for once !

When I turned to Heiko Frosch, he invited me to try the Marigaux canes. Their density can be tested and the selection is according to him even more important !

marigaux logo

(I take this opportunity to point out that for several years he has been in partnership with Marigaux to create a range of accessories and products that you can find on oboe-shop.de but also and above all on the dedicated website accessories.marigaux.com.

And if you remember, I had the opportunity to tell you about the Marigaux 1SL and Marigaux 2 staples. 😉)

I received my order as always and it was on time. The packaging is neat, as always.  I appreciate that: this is serious.

The canes have been protected in a small and practical plastic case and are accompanied by a sheet which specifies the origin of the cane, the harvester, its diameter, its density, its gouge ratio between the centre and the sides.

roseaux marigaux 2

Currently, Heiko produces and sells shaped canes by hand precisely for the Marigaux brand. He thinks they fit more easily on the staple when tied. If you are interested, you will easily find shapers that are distinguished by the size of their tips with a fairly common distribution: 7 / 7.1 / 7.15 / 7.20 / 7.25 and 7.30m.

For my part, I wanted to have a basis for comparison with a shape I know rather well: H104. This shape is no longer fashionable but I don’t care! I like it and it’s part of my oboetic charm that’s so singular! 😇🖕🤣

On the other hand, as I wanted to try the RC15 form, it was also a good opportunity.

roseaux marigaux 5

The external aspect of the canes is very yellow, golden. Nice color overall. The inside shows a fairly fine fiber. The canes look a little pale on the inside: perhaps it’s a fairly young harvest ?

The canes are well shaped and I measured them all along their length. I also checked the sides. The work is very well done.

roseaux marigaux 3

I had wished a thickness of 58/100th without specifying more.  The 2 batches (H104 & RC15)  correspond to the thickness 58-59/100th with a small predominance of canes in 59/100th.

You can also get canes in 57-58/100ths and I didn’t pay attention to that. It’s a pity for me because I prefer thinner canes if they’re not exactly 58/100th. Everyone has their neuroses, don’t they ? 🤪

I found only one defect on the gouge with several canes:  there’s a fall of the thickness below the pronounced marking for folding. I don’t worry, precisely because it is located at the fold and – once tied – the cane will be cut to open it. So it’s irrelevant.

IMG_0182

Even if density and hardness don’t correspond to the same notion, there’s still some correlation. A dense cane is not necessarily hard, but if you choose high densities I think you still get hard canes generally. I took measurements and got the following sort: 

For a high density, I have obtained canes whose hardness ranges from 7 to 11. I love canes with a hardness of 10 or 11 and I worry a bit about the others which are well below: I am often less lucky with them. We’ll see !

roseaux marigaux 7

Not having the possibility to calculate and check this density myself, I just weighed, calculated the mass of these canes.

To get closer to the density, I would indeed need to know their voluminal mass (which in English is usually called density but is a little confusing). The ratio of the latter to that of water gives us the density. Not having a super graduated test tube to know the volume of a cane quickly enough, I was satisfied with their mass while telling myself that at equal volume (or supposed as such since the canes have the same thickness and are shaped identically) it should be relatively constant and that a higher value would be the sign of a higher density.

  • For canes shaped with the H104 form, the values ranged from 0.182g to 0.214g with a mean of 0.200g and a standard deviation of 0.0097g.
  • For canes shaped with the longer and stockier RC15 form, the values were logically somewhat higher and ranged from 0.200g to 0.232g, with a mean of 0.211g and a standard deviation of 0.0095g.

This can be the starting point for a basis of comparison between canes of the same size. These measurements are infinitely small, yet the results seem homogeneous: this attests in one way or another to the quality of the initial selection.

The density and hardness of the reed (which rather defines or characterizes its resistance) are good allies to sort the good grain from the bad grain and select the canes that suit you best.

The advantage of the density is this :

With the right tools, it can be very easily calculated even before working the cane. When the cane has just been splitted for example. Hardness is a much more accurate indicator when evaluated on a gouged cane.

You can also have fun assessing density by vertically immersing a tube or piece of cane and noting the percentage that the immersed part represents of its total length. It’s a fairly free process after all… but a laborious one. And it’s precisely this last point that will offer me a conclusion ! 

I’m a passionate person who sometimes passes for a madman. I don’t mind. For the oboe and my reeds, I don’t look at my time. At least that’s what I’m saying. While I admit that I enjoy sorting my canes with some fairly natural and…instinctive tricks, I am less willing to do calculations on hundreds of reeds ! You’re free to think differently. 🤓

I’m happy to work on them myself, there’s no question about it. But seeing this Marigaux cane that has been selected and tested on its density, I obtain homogeneous, uniform reeds and a considerable time saving which pushes me to consider again the purchase of finished or semi-finished products in the future. At least in the form of an emergency reserve !😅

 

During these few days I have already made several reeds with these Marigaux canes and I will continue a little afterwards by giving me time to observe and feel things. I have already indicated their quality on the sorting, on the gouge and on their homogeneity. I will add here that they seem very pleasant to work with, with a slightly creamy and easy fiber.

photo alain vlamynck

The vibration obtained is not quite to my liking to be frank. It does not at all question their qualities: next time, it will be profitable for me to choose reeds with a slightly lower density, quite simply. 😎

That’s really the only thing we have to determine through testing: finding out what works for us.

Now it’s your turn to try !