Faire de bonnes anches de hautbois

Comment monter une anche ?

Comment gratter une anche ?

Voici des questions souvent posées et je pense y avoir -en partie au moins- déjà répondu avec de présents articles et vidéos, sans oublier que l’on trouve de nombreuses ressources si on se donne un peu de mal de chercher sérieusement sur le Net. 😉Néanmoins je reviendrai peut-être d’ici quelques temps sur certains points en souhaitant peut-être m’adresser plus spécifiquement à celles et ceux qui s’initient et connaissent les joyeuses galères du monde Merveilleux du hautbois. 😂

_ Oui, il vaut mieux en rire.

L’article d’aujourd’hui cherche plus à donner des précisions, des directions quand on est désireux d’obtenir non pas une bonne anche de hautbois mais de nombreuses !!!

_ Quitte à demander l’impossible, autant être exigeant ! 😅

 

Voici donc des

Conseils pour faire de bonnes anches

 


 

photo Alain Vlamynck

On a souvent tendance à croire que le plus important est le Grattage. Comme pour une maison, je dirais qu’il est périlleux de bâtir quoique ce soit sur des fondations qui ne sont pas stables, solides. 

Quelles sont ces fondations ? 

La Gouge et le Montage.

1. La gouge 

Le plus important : ce ne sont pas les dimensions qui comptent le plus mais la constance, la capacité à reproduire la même chose. 

Il est important d’observer le roseau, de voir s’il est bien droit, si sa courbure est régulière, son aspect doit être engageant (couleur, tâches éventuelles) mais bien entendu de le mesurer avec un comparateur.

 

photo Alain Vlamynck

Sa mesure peut dévier sur la longueur car le roseau malheureusement ne pousse pas « droit » dans les nature et c’est une matière sujette à variations dirons nous. Deux roseaux ne vont pas nécessairement se comporter de la même façon, ce sont des plantes à l’origine, un monde vivant. Et même si ce matériau est mort quand nous le travaillons il n’est pas inerte pour autant : il peut se gonfler et se rétracter de par ses fibres sensibles naturellement à l’humidité. Et bien entendu ces changements peuvent être d’autant plus forts que nous travaillons des roseaux en les trempant parfois à différents stades ce qui crée alors une variable supplémentaire…

La mesure peut donc varier et il ne faut pas s’inquiéter de passer de 58 à 57 ou même à 56/100ème à la toute extrémité. Je suis plus vigilant sur le centre du roseau qui sera au cœur du grattage plus tard. 

Par contre si les mesures font le yo-yo ou si un élément de son aspect n’est pas convenable : c’est poubelle 🗑 

Ne perdez pas votre temps ni votre énergie. Je sais, pour avoir écrit des articles à ce sujet, que c’est du roseau de perdu et donc de l’argent mais on a pas vraiment le choix. 🤷‍♂️ 

Côté mesures, un roseau moins épais 56 sera plus facile théoriquement à jouer qu’un roseau plus épais 60 qui gagnera en longévité et stabilité. On peut en déduire aussi des clichés : avoir une anche plus sombre avec un roseau plus épais et obtenir une anche plus claire avec un roseau plus mince. 

C’est une inclination naturelle mais je ferai la remarque que l’on peut équilibrer cette affirmation en grattant plus généreusement le roseau épais et gratter avec parcimonie le plus mince. 

Rentrent également en ligne de compte la longueur du grattage, la taille du roseau, votre montage … Bref, une histoire de fou ! 😜 

schéma gouge.png

L’épaisseur centrale est une chose mais celle des côtés en est une autre. Ainsi ont peut avoir des roseaux avec un ratio 60/50 (…pour les anches américaines) 60/45 un grand classique et 60/42 ou 60/40 qui donneront des côtés plus faciles ou du moins qui facileteront la mise en vibration. 

Le diamètre du roseau (de 9 à 11mm) influe sur l’ouverture de l’anche. Un roseau plus grand produit une anche plus large et plus fermée, avec un arc moins bombé. Mais ceci peut (heureusement ou malheureusement) être balancé par la forme du taille anche. Mais pour faire simple si vous jouer un petit diamètre 10 mm avec un ratio 60/45 votre anche a de fortes chances de paraître bien plus dure que celle avec un diamètre plus grand 11mm et avec un ratio 60/42 par exemple et avec la même épaisseur centrale, disons 58/100e. 

Une deuxième mesure mérite d’être prise pour améliorer encore la prédiction d’une bonne anche: c’est la dureté du roseau. Si c’est trop dur, vous gratterez la plaque avant que ça vibre, si c’est mou … jamais ça ne marchera. [Visez entre 10 et 14 avec le testeur de Reeds n’ Stuff😉]

 

  • Très Dur  : 8-10
  • Dur           : 11-12
  • Médium   : 13-14
  • Souple.     : 15-16

Alors oui, cette option à un coût (270 à 430€ en fonction des marques).  Vous pouvez gratuitement observer et tester votre roseau. Certains enfoncent l’ongle dans l’écorce,  le tordent, d’autres écrivent à l’intérieur, d’autres observent en combien de temps le roseau coule ou s’il reprend sa forme lorsqu’il est plié et qu’on le trempe dans l’eau… Mais vous gagnerez du temps à obtenir un résultat plus rapide et fiable !

Il existe également un testeur de densité et un testeur de flexibilité (un peu moins de 700€) mais là, cela me semble délirant pour le prix et l’utilité concrète que l’on peut en avoir à la maison.

2. Alors ? On gouge soi même ? 

photo Alain Vlamynck

Ça peut être un bon investissement pour la curiosité et pour être sûr de ce que l’on fait… à condition d’être rigoureux. On est autonome, un peu mais c’est illusoire. 

La machine représente un coût auquel il faut ajouter des lames de rechange ou celui des les faire aiguiser par le fabricant. Mais il faut tenir compte du prix du roseau en canons qui n’est pas donné non plus. Et il faudra être très vigilant à bien trier et sélectionner les canons en surveillant leur diamètre pour qu’ils s’adaptent mieux à la machine. [Préparez la poubelle…😕]

A l’exception d’une seule machine à ma connaissance, il est compliqué et très souvent impossible de changer la lame, le guide et le berceau. Ce qui au final empêche toute réelle expérimentation à moins de lâcher une somme exorbitante.

photo Alain Vlamynck

Il me paraît plus simple d’acheter des roseaux à un fournisseur sérieux et de qualité pour acheter des produits finis (gougés taillés pliés) ou semi finis (gougés) 

En étudiant au conservatoire, j’étais heureux de la maison Neuranter et de ses roseaux gougés. Il n’y avait pas 36 références mais je savais à quoi m’attendre ! 

Maintenant pour jongler avec les récoltes, les gouges et les tailles, je ne peux que recommander Le Roseau Chantant pour toutes les possibilités qu’il offre avec un gage de qualité. 

3. La taille ou la forme 

photo Alain Vlamynck

Avec un taille anche Manuel il faut être vigilant et faire attention à bien garder la lame (celle d’un cutter de préférence) bien perpendiculaire à la forme. Si vous me lisez vous savez que je préfère de loin la machine taille anche qui est plus rapide, plus précise, et qui permet d’essayer un catalogue incroyable de formes et le tout avec un confort d’utilisation et une sécurité accrue ! 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il n’a jamais été aussi simple que de pouvoir tester les formes puisque RnS permet de les essayer 2 mois et de les renvoyer en cas d’insatisfaction. 

Toutefois j’ai des doutes sur les différences potentielles entre 2 formes avec 1/100e de différence à différents points. Je crois à beaucoup de choses, je veux bien entendre parler de paranormal mais là : il y a des limites ! 😅

Les formes étroites permettront un grattage plus long. Les plus larges mériteront d’avoir un grattage plus court. 

Notez que la forme elle même dicte en partie son montage : plus long avec une forme plus large, à tube égal. 

Les mots qui me viennent en tête (en dehors du mot migraine 😅) le plus souvent en pensant au hautbois ou aux anches sont : compromis / équilibre 

Les formes larges de manière générale favorisent le registre grave, avec une émission plus facile et sonore dans ce registre. Un volume d’air sera également requis. L’inconvénient sera la stabilité et l’aisance dans l’aigu. 

Une forme vaguement triangulaire favorisera la réponse, plus directe et un soutien plus continu qu’avec une forme plus en courbe. 

Comme indiqué brièvement plus haut, la taille peut balancer le diamètre du roseau. Il me semble plus logique d’utiliser une forme étroite sur un petit diamètre et une forme plus large sur un plus grand diamètre mais… rien n’empêche d’utiliser les autres combinaisons ! 

Au final ce sera toujours une histoire de compromis, d’équilibre. 

Comment choisir son taille anche, sa forme ? 

Pas de recette miracle : on teste ! « Trial and error » 

⚠️ Il me semble prudent donner le conseil suivant : ne vous éparpillez pas. Ne vous amusez pas avec  paramètres simultanément ! On est vite perdu et c’est contreproductif. 

4. Le Montage

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En ce qui concerne le montage 3 choses me semblent primordiales 

  1. Trouvez et gardez la bonne longueur. Utilisez des roseaux et des tubes identiques. Montez vos anches à différentes longueurs : 73,5 73,75 74 74,25, 74,5mm par exemple. Soyez attentif au montage avec lequel le roseau se ferme plus facilement avant la limite du tube. Grattez vos anches de manière égale et observez à l’usage laquelle crie et joue le mieux ! Une fois ne sera peut-être pas statistiquement concluant…
  2. le soin global apporté au montage. Les roseaux sont droits, centrés sur le mandrin ( méfiez vous des mandrins désaxés vis à vis du manche à l’achat et observez l’intérieur du tube depuis sa base  pour voir l’ellipse du tube et vérifier le positionnement du roseau. Le fil est tendu avec une tension régulière, les spires s’enchaînent agréablement avec un coup de main alerte… et exercé ! ( avoir gratté un peu les talons du roseau aide le fil à passer sur le tube…) 
  3. La constance, la régularité ! Une fois de plus il faut être conscient de ce que l’on fait et vigilant sur nos gestes, nos mesures, notre travail. Mieux encore : de la RIGUEUR ! Elle est là la clef du succès. Ne faites pas les choses au pif, par hasard ou par accident ou alors vous pouvez arrêter de me lire ! Remarquez… c’est bientôt fini 🤣 

La clef est là j’insiste. Ce qui importe c’est d’obtenir un résultat régulier à chaque étape pour que le stade final le soi tout autant.  Car avec des anches homogènes, le corps va pouvoir faire ce qu’il fait le mieux en tout et en toutes circonstances : S’ADAPTER ! 

5. Le Grattage

Je ne souhaite pas ici aborder techniquement le grattage, en dehors de la réflexion que je prolonge : 

Rationalisez votre travail ! Faites une marque au crayon de bois ou une légère marque au couteau pour délimiter la base du grattage. Prenez des mesures au commencement ! Le grattage lui aussi ne doit pas être de longueur aléatoire ! 

Reproduisez les différentes étapes de votre grattage dans le même ordre. 

Cela doit découler comme une procédure, une routine : la vôtre ! Pas celle du voisin. 

photo Alain Vlamynck

Surveillez la pression de vos gestes avec le couteau. Au passage veillez à ce qu’il soit de qualité (Pas de bon travail avec de mauvais outils !😡) et aiguisé de sorte qu’il gratte ! On gratte une anche ! Tous les hautboïstes le savent mais les 3/4 de ceux qui aiguisent leur couteau les rendent aiguisés comme un rasoir, un yanagiba ou comme une pelle à tarte !!! 

On ne coupe pas, on ne tranche pas, on n’effile pas, on ne rase pas …. on Gratte. 

Vous pouvez observer par transparence avec une plaque ou face à une source lumineuse pour vérifier l’épaisseur du grattage sur différentes zones ainsi que la symétrie du grattage. Bien entendu un comparateur pour anches finies €€€€ vous permettra d’atteindre le Graal de la précision et de la schizophrénie !!! 😁

photo Alain Vlamynck

Essayez à la longue, quand vous obtenez des résultats satisfaisants et durables une pointe différente : 

  • En triangle, moins de résistance, détaché, réponse plus rapide
  • En arrondi, demi lune, le compromis, la rondeur 
  • Une pointe droite  ou en ellipse procureront d’autres sensations et influeront sur la mise en vibration de l’anche. 

Changer l’épaisseur de la pointe, du cœur, du talon, des côtés, de l’épine centrale si vous en laissez une !

⚠️ Mais une fois encore : pas tout d’un coup !

Tout est en relation, en équilibre, et à l’usage on sait modifier et apporter les bonnes retouches aux bons endroits. 

On peut vous le dire, le montrer, vous pouvez le lire (en cherchant bien !) mais vous ne pourrez vraiment l’apprendre qu’en expérimentant par vous même ! 

Cherchez et voyez les limites ! Comment les connaître sans les explorer ?

6. Ma philosophie sur le sujet

Ma philosophie (pas celle d’Amel Bent ! 😅) n’engage que moi mais après tout… vous êtes sur MON blog ! 🤣

N’écoutez pas ceux qui vous disent :

_Une anche c’est toujours comme ci

_Le grattage c’est comme toujours ça

_Le bon hautbois c’est celui-ci, etc…

Même si au final on se ressemble et nos anches aussi, ce sont les nôtres ! Et je préfère vivre avec mon ressenti, mes idées, mes opinions. 

Encore aujourd’hui, je reçois des leçons, des conseils, des avis, des informations et j’en suis heureux… Mais souvent, un parfum d’absolu vole dans les airs : ce tube c’est pour un résultat comme ça, telle forme est plutôt pour jouer à l’allemande et toi tu es français…

Et bien oui…. mais je suis un original, MOI ! Je dois avoir les pieds dans le Rhin… ou dans la m…. je ne sais pas 🤷‍♂️ 🤣

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse ! Surtout si le résultat est là : émission, stabilité, justesse, SONORITÉ (moi, j’y tiens !) 

Tels des mantras, je vous répète pour finir les mots-clés en lesquels je crois : 

Répétition, rigueur, précision, adaptation. 

Pour « réussir » ses anches et vivre plus sereinement le hautbois il n’y a pas 36 solutions. J’en connais 2 😅 

  1. Ludique. C’est un jeu, un challenge pas une prise de tête. C’est ma vision. 
  2. Le désintérêt total. On gratte à l’arrache sans se poser de question, Inch’Allah  إن شاء الله 

Entre les deux…? C’est vous qui voyez mais moi je m’en tiens à ce que dit Monsieur Myagi dans Karaté Kid : 

« Tu marches à gauche de la route, ça va; Tu marches à droite de la route, ça va; tu marches au milieu : Couic ! Comme crapaud » 🤣😇

karate kid.jpg

3 commentaires

  1. fempheh dit :

    Bonjour, merci pour ce nouvel article traitant d’une des subtilités du hautbois avec humour et simplicité. Je lis toujours avec grande curiosité vos articles traitant de ce sujet, trop souvent ligneux, alors que d une fibre naturelle, pourtant, peut émerger tant de possibilités !
    Belle journée à vous et encore merci .

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour votre message ! Cela me fait très plaisir d’avoir un avis ou un retour positif qui m’encourage à poursuivre.
      J’espère que mes prochains articles vous plairont.
      Cordialement

      J'aime

  2. fempheh dit :

    Bonsoir, je mets ce commentaire ici ne sachant pas vraiment ou le mettre ailleurs puisque (sauf erreur de ma part) je n’ai pas vraiment trouvé d’article sur le sujet. Question : sans remettre en question l’art de la fabrication personnelle d anches, avez vous quelques avis sur des anches toutes pretes ? Et plus précisément sur quelques fabricants qui en produisent avec un grattage américain ? J’ai trouvé de mon côté un modèle qui me convient assez, mais j aurais aimé avoir d autre avis comme par exemple les eg reeds, ou d’autres si vous avez des commentaires a ce sujet.,..

    J'aime

Les commentaires sont fermés.