Gebrüder Mönnig : partie 2

9 novembre 1989. 

Le mur tombe.

1989-la-chute-du-mur-de-Berlin-dessin-realise-en-2006
Chute du mur de Berlin. Dessin de Jethro (2006)

C’est tout un monde qui disparait peu à peu et il en reste un à construire ensemble, avec tous les Allemands, réunis.

D’un point de vue économique, même si cela ne se fait pas en une nuit, l’ex-Allemagne de l’Est s’ouvre à la concurrence et aux capitaux étrangers : Le communisme s’efface ainsi devant un régime économique libéral et capitaliste.

A Markneukirchen, afin de poursuivre mon fil conducteur autour de la firme Mönnig, la firme VEB B&S est privatisée partiellement. Elle était un peu le regroupement forcé de différentes entreprises si vous vous souvenez bien.

cf : Gebrüder Mönnig : partie 1

En ce début d’année 1990, cette entreprise devient le Vogtland Musical Instrument Factories GmbH. Beaucoup de groupes de l’Europe de l’Ouest sont intéressées par cette main d’oeuvre qualifiée mais bien moins chère. Certains proposent des coopérations, des  Joint-Venture. Mais ce qu’il restait de la firme Gebrüder Mönnig préfère s’émanciper et prendre son indépendance. Ou presque.

Mönnig souhaite en effet travailler en son nom propre tout en s’associant le 1er Novembre 1990 avec un concurrent local, une entreprise elle aussi séculaire à Markneukirchen : Adler !

Holzblasinstrumentenbau GmbH était née. C’est encore le nom administratif dirais-je de l’entreprise. Vous la connaissez plus sous le nom de « Gebrüder Mönnig und Oscar Adler & Co. »

Sur les documents, les catalogues ou sur les flyers vous apercevez les deux logos, les deux symboles de ces 2 entreprises associées :

Logos Mönnig et Adler

Mais faisons un bref retour dans le passé.

Souhaitez-vous connaître Oscar Adler ?

oscar adler

Issu d’une famille de fabricants d’instruments à vent, Franz Oscar Adler (1862-1922) après avoir appris le métier avec son père se met à son compte et crée son entreprise en 1885 à la maison familiale.

Il produit des flûtes traversières, des bassons, et des hautbois ! Mais ce sont surtout des clarinettes qui constituent le coeur de sa production à laquelle il ajoute même le saxophone. Il sera le premier dans la région à en réaliser un en se basant sur un instrument Gautrot-Marquet qui est au musée. COCORICO  !!! C’était un instrument français 🐓💪😇😁

Son mariage avec Amalie Jordan en 1890 joue un rôle important. Car le frère d’Amalie est un financier qui va devenir partenaire d’Oscar Adler. Cela lui permettra notamment de construire en 1893 son propre atelier qu’il agrandira plusieurs fois avec le succès en 1896 et 1901. De longues courroies en cuir entrainées par l’énergie d’un moteur à essence feront fonctionner les tours, perceuses, fraiseuses et autres machines dans cet atelier où 20 employés travaillent avant d’être rapidement 50 en 1904 !

Il faut dire que Oscar Adler était considéré comme le plus important fabricant de clarinettes et de flûtes en Allemagne, déjà en 1901 !😲

clarinette Adler

Il avait une conception moderne de l’entreprise en ce sens que l’atelier était divisé en pièces consacrées au travail du bois, d’autres à la conception des clés, d’autres encore à la réalisation d’outils.

Mais son mariage eut un impact crucial sur l’entreprise. Et cela, il n’aurait jamais pu l’imaginer je crois.

Son beau-frère Hermann Fürchtegott Jordan (1855-1908) était financier et partenaire dans l’entreprise comme je vous l’avais dit. Suite à son fort investissement financier l’entreprise changeait même de nom en 1900 pour devenir la Deutsche Holzblasinstrumentenfabrik Oscar Adler & Co.  Il fit rentrer ses deux enfants dans l’entreprise en 1896 et 1898. L’un comme responsable commercial ; l’autre comme luthier, facteur d’instruments.

A la mort d’Hermann en 1908, c’est le drame. Un contrat est rédigé et stipule que l’entreprise appartiendra à ses deux seuls fils. Oscar Adler est tout simplement dépossédé de sa propre entreprise ! Et il est même stipulé qu’il ne doit pas les concurrencer à l’avenir et qu’il ne peut plus utiliser son propre nom !

Il aura un petit atelier que son fils reprendra à sa mort et déménagera en Thüringe à la fin des années 20. Il s’agira surtout d’un atelier de réparation mais aussi de construction notamment d’Octavins.

photo Alain Vlamynck

L’octavin est une véritable curiosité ! Crée par Julius Jehring (1821-1905) Adler avait pu déposer un brevet pour cet instrument en 1893 et le commercialiser.

C’est un instrument de conception hybride je dirais : Une anche simple et une perce conique comme un saxophone / un corps en palissandre et une culasse comme un basson. 14 clés, quelques anneaux, un pavillon à angle droit, une quarantaine de centimètres. L’instrument est souvent accordé en Sib. C’est le « Saxophone allemand » 😅😇

La compagnie C.G. CONN à Elkhart aux Etats-Unis en avaient même importés ! Pour autant cet instrument est plus resté une curiosité qu’un succès.

Différents modèles ont été produits en cocobolo, même des variantes droites les faisant ressembler à des clarinettes ou a des Tarogatos, également fabriqués par Adler. [Ce sont des instruments qui viennent de Hongrie qui s’inspirent d’un bec de clarinette et d’une perce conique large comme un saxophone soprano]

OKTAVIN_TAROGATO_catMax_Adler_01.jpg

Pendant ce temps là, la firme passée sous le contrôle de la famille Jordan changea plusieurs fois de nom et particulièrement en 1948 pour être simplement Oscar Adler & Co. L’entreprise passa également sous d’autres mains et connu les mêmes difficultés que Mönnig à cause du régime politique de l’Allemagne de l’Est qui assombrissait l’avenir.

L’Etat s’immisça dans la compagnie dès les années 60 avant de la nationaliser complètement en 1972 pour faire partie elle aussi finalement du groupe BEV B&S Quelques années après, en 1975, il lui était enfin strictement interdit de produire autre chose que des hautbois et des clarinettes !

La boucle était bouclée.

Une nouvelle ère à la Villa Schuster

villa schuster

 Mönnig et Adler unis,  le besoin d’espace était vital pour se développer et travailler dans de bonnes conditions à la production de hautbois, hautbois d’amour, cor anglais, hautbois basse et une multitude de clarinettes, bassons et contrebassons !!!

La Villa Schuster a été achetée dans ce but en 2000-2001. Cette immense maison influencée par le style baroque avait été construite au début du siècle vers 1904-1905 pour Paul Schuster. Il était lui même – avec son frère – un fabriquant d’instruments et grossiste avec de nombreuses marques en sa possession ! Il habitat cette maison jusqu’en 1953. Elle fût ensuite utilisée comme crèche jusqu’en 1995. 😶

catalogue frère schuster

Je me demande si la firme Gebrüder Mönnig connaissait cette histoire ??? 😃

Gebrüder Schuster / Gebrüder Mönnig… ça ne s’invente pas ! 🤣

Photo alain vlamnck

A l’interieur de la Villa, on peut trouver des instruments qui témoignent du passé comme le hautbois en Plexiglass que je vous ai présenté dans mon précédent article, mais aussi un octavin, un hautbois en métal ou encore un très beau cor anglais réalisé par Adler. 👀

cor anglais Adler

photo alain vlamynck

Sur la cheminée du hall où trône le Diplôme de l’Exposition de 1937 et le hautbois en Plexiglass on trouve aussi la sculpture d’un aigle, celui du logo de la marque Oscar Adler et qui est un jeu de mot. En Allemand, Adler signifie… Aigle !

xAshpAuD.jpg

Whilelm Mönnig, l’un des 3 petit-fils des Frères Mönnig travaille encore à la compagnie à temps partiel. Depuis 47 ans ! Il peut être fier ! Même si sa famille n’est plus propriétaire de la marque, malgré des hauts et des bas et une histoire incroyable, la compagnie renoue aujourd’hui avec le succès. 😃

german award musical instrument 2018

Ayant appris son métier dans l’entreprise en 1979, c’est Ludwig Frank qui a conçu et développé une nouvelle gamme pour la famille du hautbois avec la coopération du soliste Albrecht Mayer.

albrecht mayer & ludwig frank

Et pour finir : une vidéo publiée récemment par Mönnig 😊

 

Markneukirchen, ville des musiciens…