La maison de Bach

Il y a 3 ans, j’ai eu l’opportunité en tant qu’enseignant d’accompagner un voyage scolaire en Allemagne. C’était même la 2ème fois. 

Il faut dire que mes compétences linguistiques dans la langue de Goethe sont reconnues de tous mes pairs au collège. 

En dehors du professeur d’allemand, disons que je fais autorité 😅 :

  • Helles oder dunkles bier zu trincken / Wurtz mit Sauerkraut zu essen
  • Si je veux faire mon intello : Der Kölner Dom hat 169 meter hoch 
  • Ou plus philosophique et musical : Bach ist mein Gott !

Il y a 3 ans donc, après avoir vu plus de 50 portraits radieux d’un Luther souriant et planqué dans le chateau de Wartburg, le tout assaisonné de commentaires ésotériques ( ou en allemand si vous préférez) je passais enfin devant la maison de Bach à Eisenach : Bachhaus.

statue de bach eisenach

On me l’avait fait miroiter toute la journée ! Et youpi, nous y sommes… 10 minutes avant la fermeture 😡

Comme je n’avais jamais digéré la situation contrairement au schnaps du soir, j’ai décidé d’aller par mes propres moyens visiter cette maison : c’est ce que j’ai fait !!!

Le résultat ? 

Extrêmement décevant. 

Vraiment. 

Je connais cette vue pour l’avoir souvent aperçu dans mes dictionnaires de musique et encyclopédies. Il y a peu d’illustrations dedans et à l’époque quand il y en avait c’était soit la maison de Bach soit celle de Beethoven…

Aussi je me sens un peu en pays de connaissance. Je reconnais la bâtisse. 

 

Elle a du charme. Une authentique maison de l’époque de Jean Sebastien ! Maintenant nous ne sommes pas certains qu’il y soit né.   Un registre indique en effet que son père Ambrosius payait des taxes pour une autre maison située non loin dans le quartier …

Mais est-ce le plus important au final ?

Cette bâtisse disais-je a du charme.  On y trouve un petit jardin à l’arrière. 

A l’intérieur, poutres et planchers qui grincent sous nos pas sont de rigueur. Il faut penser à se baisser souvent. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Un peu de mobilier pour recréer un bureau, une chambre ou la cuisine. On ne cherche pas l’exactitude mais on se fait une idée. 

bach portrait

Comme mon héros je suis né un 21 mars. J’ai toujours imaginé que cela créait des liens. Des attentes du moins. 

Là où je suis profondément déçu c’est qu’il y a peu d’instruments de l’époque de Bach. Pas de viole de gambe dont il était amateur. J’aurais rêvé un oboe da caccia réalisé par Eichentopf…mais je sais, ce facteur d’instruments connu de Bach était à Leipzig et non pas à Eisenach. On peut rêver, non ? 

Une salle avec des claviers et des vitrines n’est accessible que lorsqu’il y a une animation musicale….Sympa… surtout qu’il n’y a pas d’annonce sonore pour prévenir du début imminent ! 😡

7b_Bachhaus_Eisenach_Instrumentensaal.jpg

Parmi les instruments exposés, des copies, des répliques. Merci Moeck pour ce hautbois à côté du cornet à bouquin !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je m’interroge sur la pertinence d’un cor de 1855 réalisé par Adolphe Sax. Il est beau. Très. Je l’ai même envoyé à mon frère Denis qui est corniste. Mais honnêtement que fait-il là ?

Des extraits sonores sont proposés avec des casques. C’est gentil mais je n’ai pas fait 650 km pour ça. Surtout que les exemples sont donnés avec des extraits de partition imprimées, postérisées. Dans le meilleur des cas on se retrouve avec des fac simile d’une page derrière une vitre. 

bach musée

Pas de manuscrits de Bach. Ah si, une page avec une ligne de basse continue. Whaou….

9,50€ l’entrée je peux écouter mes disques à la maison 🏡 ! Et suivre mes partitions ! 

Pour qui connaît Bach et sa musique on n’apprend rien ou vraiment pas grand chose. Et pour la personne qui n’est pas mélomane, la visite, l’exposition demeure distante. Froide. Peu engageante. 

Parfois certaines explications sont d’ordres musicologiques. Mais j’attendais plus simple. Plus chaleureux et vivant. 

Même le registre concernant le baptême de Bach est un fac simile…

fac simile baptème de bach

Le seul véritable trésor est ce verre authentique qui lui a été offert en 1736.

verre de jean sebastien bach

A la boutique, des produits made in China je suppose, avec la tête de JSB sont là. Des disques, mais peu. Une partition de piano, une seule : 1er volume du « Clavier bien tempéré » avec le fameux prélude en Do que tout apprenti pianiste de niveau -12 massacre avec un zèle appliqué 😂

Pour moi, par contre : nul ouvrage de vulgarisation en français ni même en anglais. Quelques biographie mais pas de monographies. Tout en allemand, natürlich. 

Même pas un volume de la NBA ! 😢 NON. Ce n’est pas du basket 🏀 c’est la Neue Bach Ausgabe, une collection avec un appareil critique et analytique de l’œuvre. 

Je suis sorti déçu, fortement. J’ai sans doute enjolivé et voulu découvrir cette maison avec mon âme d’adolescent passionné. Je l’ai idéalisée, c’est clair. 

Heureusement une pâtisserie sympathique « C’est la vie, So ist das Leben » nous réconforte à coup de tiramisu et de Käsekuchen, autour d’un café ☕️ ( juste sur la place, à droite en sortant)

Une belle balade, fort originale nous attend ensuite,  la vallée du dragon : « Drachenschlucht »  

vallée du dragon 1.JPG

Je n’ai peu être pas tout perdu 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sans cela ma journée était plombée :

1 pied au musée = 2 dans la tombe ! 😇

Du coup pour finir la boucle je termine avec cette oeuvre prédestinée pour un hautboïste : Ich steh mit einem Fuß im Grab !

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.