Tu montes ?

Fabriquer et monter une anche de hautbois


J’ai toujours adoré cette phrase de Georges Clemenceau :

« Le plus beau moment de l’amour, c’est quand on monte les escaliers » 

Pour autant si vous me suivez avec assiduité, vous devinez qu’il ne peut s’agir que de hautbois et plus particulièrement du montage de l’anche.

J’espère qu’avec mon titre racoleur j’aurais un ou deux lecteurs de plus !!! 😁


Il y a quelques temps je me suis mis à relire certains posts sur des blogs internets concernant le hautbois : si si, ça existe ! Et parmi certaines questions récurrentes se trouvait celle-ci :

« A quelle longueur doit-on monter son anche ? »

Et c’est toujours un débat sans fin qui éclate, parfois délicieux et instructif mais plus souvent stérile et usant. Je vais vous mettre à l’aise sur ce que je pense : il n’y a pas de bonne réponse ! Cessez de réagir en consommateur, faites des anches et jugez vos résultats !

Certains arguments reviennent souvent comme quoi le montage le plus long est le meilleur et que le roseau doit fermer avec un seul tour ou deux  de fil à l’extrémité du tube.

anches alain vlamynckCe dernier point m’amuse beaucoup au point que je me suis amusé à faire des anches montées de 71 à 75mm et le roseau était fermé quelque soit la dimension choisie. Pour obtenir cela une certaine tension est nécessaire, il faut avoir le tour de main dirons-nous. Cette idée n’est pas fiable pour connaître la « longueur optimale ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si cette dernière existait telle une donnée officielle, telle une norme, cela signifierait que les anches de tous les hautboïstes seraient identiques.

Autant vous souhaiter Bonne chance !

Pourquoi cela ne marche pas ?

  • cela dépend de la forme du roseau issue du taille anche
  • cela dépend de l’épaisseur du roseau et de sa gouge
  • cela dépend de la dureté du roseau
  • cela dépend de la forme et des dimensions du tube utilisé

Quels sont les autres facteurs déterminant la réussite finale  ou non de l’anche ?

  • le grattage réussi…ou pas : Européen ? En U ? En W ? Court ? Long ? Américain ?
  • la localisation : Pression atmosphérique (En altitude ? En pleine ?) / Hygrométrie (taux d’humidité)
  • l’instrument et ses qualités intrinsèques de justesse, d’émission, de sonorité
  • le musicien et ses… qualités défauts intrinsèques ! 😅

J’aurais bien ajouté d’avoir de la chance ou la foi. Le plus grand soin, la rigueur à chaque étape à son importance. Mais soyons honnêtes, là où cela coince et multiplie les possibilités presque à l’infini, c’est le musicien !

dessin alain vlamynck
Différentes façon de monter l’anche de hautbois

Je précise également que l’on peut aborder différemment le ficelage de l’anche.

  • On peut prévoir de ne faire qu’un tour ou deux avant l’extrémité du tube
  • On peut partir à 5 ou 6 tours environs avec une tension plus lâche
  • On peut enfin partir du bas du roseau préalablement ligaturé pour qu’il tienne !

Dans ce dernier cas, je trouve que l’étanchéité est la meilleure mais cela à tendance à déformer le profil même de l’anche qui s’élargit à la pointe et qui possède une gorge très étroite.


On peut avoir des idées générales dans le domaine des anches et vous trouverez toujours un hautboïste dans le coin pour vous prouvez le contraire. Moi même j’en suis la preuve, ou du moins je l’ai été.

Quand je fréquentais le Conservatoire de Lille, mon professeur m’enseignait que la longueur de l’anche influait sur la hauteur du diapason. VRAI… Et FAUX !

Dans certaines limites, bien entendu. Mais avec toutes les variables possibles…il en est autrement.

Je peux vous dire que cela lui faisait drôle de constater que j’étais au LA 440 Hz avec des anches dont la longueur était comprise entre 70 et 71mm !  J’étais le seul à jouer « bas » dans la classe. Mon grattage était alors inspiré par le grattage américain.

(A mes lecteurs du bout du monde et à ceux en France, je confesse qu’il y’a autant de grattages « américains » que d’hautboïstes revendiquant le grattage en question 😬)

Je n’ai jamais aimé le diktat de « c’est comme ça et pas autrement ». Durant ces années de conservatoire  j’avais la chance parfois de  discuter un peu avec François Kloc dans l’atelier de chez Lorée, rue du Vert Bois à Paris. Il était finisseur et avait eu la gentillesse de me faire un schéma que j’ai toujours…

the art of oboe reed makingJ’avais aussi acheté un livre qui n’est malheureusement plus édité : « The Art of Oboe Reed making » de Melvin Berman. Son ouvrage ne comportait pas de photos mais des dessins. Il y avait de nombreux conseils mais pas de dimensions absolues. Il nous laissait  de la liberté et ne nous enfermait pas dans un schéma stricte. Le preuve : j’ai même utilisé ses conseils de retouche sur un grattage européen et ça fonctionnait ! Ce livre m’a beaucoup marqué car il invitait à ne pas avoir d’oeillères, à essayer, à se forger ses propres idées, à ne pas avoir peur d’expérimenter. J’ai adoré.

Pour revenir avec les dimensions de montage il faut préciser que ce dernier est souvent plus long que l’anche finie qui -elle- est coupée. Mais certains peuvent monter directement à la longueur finie de l’anche. C’était mon cas. Je montais à 71mm avec juste une infime fraction de roseau coupée pour que la pointe de l’anche soit nette après ouverture.

Les tailles anches comme j’ai déjà eu l’occasion d’en parler peuvent se classer en trois catégories : les étroits (inférieurs à 6,9mm) / les standards (entre 6,9 et 7,1mm) / les larges (supérieurs à 7,1mm). Ils sont classés selon leur pointe. Toutefois si leur gorge est souvent proportionnelle, il faut constater que de plus en plus de formes ont tendance à s’élargir ce qui retarde là encore toute réponse qui se voudrait absolue et qui ne peut passer en fait que par une expérience personnelle.

Pour donner une direction on peut se fixer avec un tube standard comme le Chiarugi 2 en 47mm et pour fonctionner avec un grattage européen :

  • 73 / 73,25 mm pour un taille anche étroit
  • 73, 5 / 74 mm pour un taille anche standard
  • 74,5 / 75 mm pour un taille anche large

Avec un tube de 46mm il faut nécessairement retrancher 1mm à ces mesures.

La réflexion doit tourner surtout autour de l’adéquation entre la forme de taille anche et le tube utilisé.

Ce ne sont là que des indications et je ne prétends pas donner de « règles d’or » qui me mettraient en contradiction avec mon discours.

Mais afin de vous aider je vous propose les tableaux suivants que j’ai réalisés pour essayer de vous donner une vision d’ensemble claire. En espérant qu’ils apportent une certaine justesse toute relative dans ce monde capricieux mais amusant des anches de hautbois !

alain vlamynck
Influences de différents paramètres sur les anches de hautbois

Je vous laisse avec une citation au combien utile de Paul Valéry :

« Ce qui est simple est toujours faux.

Ce qui ne l’est pas est inutilisable. »

Et je profite également de remercier la maison Chiarugi pour sa réponse désopilante à mes questions pourtant peu nombreuses, m’expliquant que n’étant pas hautboïstes…ils ne peuvent pas me répondre. J’en déduis qu’ils fabriquent des choses qui les dépassent complètement ou alors c’est un pieux mensonge. 😶

Je remercie aussi la maison Guercio pour son absence de réponse… tout court. Je sais maintenant que si je n’ai besoin de rien, je peux faire appel à eux ! 🤣

Tout est dans la forme !

Un commentaire

  1. Anne TRémolières dit :

    Cela fait vingt-cinq ans que je travaille comme un demeuré pour parvenir à retrouver les techniques de fabrications des grand maîtres de la facture du uilleann pipes (la cornemuse irlandaise).
    Je cautionne à cent pour cent le ton de cet article !
    Il y a tellement de variables possibles que jamais un seul paramètre ne permet d’affirmer ce qui va se passer.
    (je rappelle juste que la cornemuse irlandaise est l’une des rares à monter deux octaves. Avec une anche encapuchonnée, je vous laisse imaginer l’équilibrage que ça demande pour parvenir à avoir toutes les notes justes et un fonctionnement aisé, sans avoir aucun autre moyen d’action sur l’anche que la pression et le doigté…)
    Quasiment n’importe quelle variation peut avoir ses conséquences contrebalancées ailleurs.
    C’est prodigieux, c’est infini, c’est à devenir fou !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.