J’ai perdu la tête !

 

Depuis quelques temps déjà je songeais à écrire quelque chose sur la tête du hautbois.

Dans les musées se trouvent parfois des hautbois de longueurs bien différentes et dont on imagine des diapasons qui le sont tout autant ! Bien entendu il est difficile de savoir exactement à quelle hauteur ils sonnaient car les anches sont perdues.

Chose qui n’arrange rien, le hautbois est instrument flexible…en ce qui concerne la hauteur. En effet, pour ce qui est de son caractère, il serait plutôt inflexible ! Même Maurice Bourgue le pense !

« C’est un instrument qui dit toujours non.

_ Joue Piano !    /  Non !

_ Joue Forte !    /  Non !

_ Joue Legato ! / Non !

C’est un instrument qui est rebel d’un peu tout »

 

Pour revenir aux histoires de diapason on sait que ce dernier était variable dans toute l’Europe et les instruments qui fleurissent dans nos musées allaient de 392Hz à plus de 460Hz pour un La, ce qui est considérable !

Le compositeur pouvait parfois pallier à de telles différences comme le prouve l’exemple de la fantaisie pour hautbois et orgue de Johann Ludwig Krebs, un élève de Johann Sebastian Bach. Dans cette partition on découvre en fait que le hautbois et l’orgue ne sont pas du tout écrits dans la même tonalité ! Le hautbois est en Sol mineur quand l’orgue est en Fa mineur !

Hessiche Landes und Hochschulebibliothek
Fantaisie pour Hautbois & Orgue De Johann Ludwig Krebs

Si les interprètes devaient sans doute posséder plusieurs instruments et adapter leurs anches en conséquence, une idée intéressante se développa : les corps de rechange !

Non, ce n’est pas une histoire olé olé dans une boîte échangiste !!!

Varier la longueur du corps du haut sur le hautbois était une solution économique et pratique. On sait que le célèbre Sammartini en utilisait ce qui peut se comprendre puisqu’il jouait aussi bien à Londres qu’à Milan ou Venise. Pour la petite histoire, il en a perdu un puisqu’il avait fait passer une annonce dans le journal avec 10 guinées de récompense pour celui qui le retrouverait !

Même Haydn dans une lettre au Prince Esterhazy du 5 décembre 1766 demandait s’il était possible d’acheter de nouveaux hautbois avec un corps de rechange en plus :

« Ein Paar gute daurhaffte hautboi mit einem extra stuckh« .

Il n’était pas rare que l’instrument en possède 2 comme on peut parfois encore le constater avec ce hautbois en ivoire qui vient de Naples ou encore cet instrument réalisé par le célèbre facteur Delusse dont Garnier parlait lui même dans sa « Méthode Raisonnée pour le hautbois« 

Milan 1722
Hautbois de Giovanni Maria Anciuti en ivoire, Milan 1722
Barockoboen.de
Côtes d’un hautbois de Anciuti 1730 par Michael Taglinger

Vous remarquerez au passage que le balustre des hautbois de Delusse sont vraiments prononcés , un peu comme certains instruments allemands ou autrichiens.

Étrangement, les siècles ont passé et pourtant le hautbois porte encore cet héritage. Le hautbois baroque à 3clés facilitait aussi bien le Mi b pour un droitier que pour un gaucher et le Do et sa spatule particulière pouvait se prendre aussi bien avec une main qu’avec l’autre !

mon-hautbosi-moeck
Mon hautbois baroque d’après Denner par H. Moeck

De nos jours nous avons toujours un Mi b à gauche et à droite mais plus pour les mêmes raisons ! C’est uniquement dans le but de dépasser certaines situations où nous serions bloqué par le mécanisme qui solutionne certains problèmes mais qui en crée d’autres…

Il nous reste aussi quelques doigtés de fourche, le plus célèbre étant le Fa…Mais revenons sur notre sujet !

Il y a de cela quelques années la maison Marigaux en pensant son modèle M2 a réalisé des têtes de rechange, plus petites que les corps eux-mêmes qui ont ensuite été réunis en un seul morceau ce qui pouvait faciliter le pointage de nouveaux emplacements….

illustration-pour-un-depot-de-brevet-m2
Illustration pour Dépôt de Brevet M2

La firme Marigaux a produit ces têtes dans différentes longueur : Longue / standard / Courte. Mais les différences sont vraiment minimes : 1 mm sépare la tête standard de la courte ! Des matériaux différents sont proposés comme l’ébène bien sûr mais aussi le bois de violette et un composite.

Comme cette différence est très légère (celle des hautbois de Delusse en 1802 est de 4.5mm…) la différence au diapason l’est tout autant ! En fait le but n’est pas le même. La tête permet de corriger une tendance légère du musicien qui joue un peu haut ou un peu bas. Mais elle apporte surtout une réponse différente au jeu  selon la matière employée, ce qui personnalise aussi l’instrument.

Si aujourd’hui le diapason est standardisé à 440Hz depuis 1939 (officiellement depuis la Conférence Internationale de Londres en 1953) il est souvent un peu plus haut dans la pratique à 442/443 Hz. Nous sommes loin des différences énormes de plus d’1/2 ton de l’époque Baroque, allant de 392 à 466 Hz, le plus fréquent étant 415Hz.

De nos jours les fabricants en dehors de Marigaux  jouent peu sur le diapason de leur instrument à ma connaissance. Lorée réputé pour jouer assez bas (surtout dans le grave!) produit des hautbois avec un diapason plus haut mais uniquement sur demande : ce sont les modèles H. Mais ils ne communiquent pas vraiment dessus et bien qu’ayant longuement fréquenté la maison je n’ai jamais eu l’occasion d’en jouer un !

Si vous avez des soucis récurrents de justesse, inutile de scier votre hautbois ou de rêver d’un instrument plus long. Peut-être est-il plus sage et économique de revoir les proportions de votre montage puis de votre grattage. Des accessoires peuvent vous y aider comme les tubes liégés qui vont généralement de 45mm à 48 mm quand la norme est 47mm en France ou encore plus amusant les tubes tout métal de Chiarugi mais dont la tête est démontable !

Cela ne vous rappelle rien ???

tubes-chiarugi-adjustables
Tubes Chiarugi adjustables

Il existe aussi une autre solution pour des problèmes plus ponctuels comme lorsque l’on joue dans une église glaciale : des anneaux qui permettent de baisser le diapason de 1.5 Hz avec le modèle de 2mm de haut. Ce produit semble bien fait. Pour parler comme un vieux, je dirais que de mon temps on sciait simplement la base d’un vieux tube…

 

 A très bientôt, pour de nouvelles aventures…

 


Pour écrire cet article je me suis particulièrement documenté avec les livres excellents de Bruce Haynes « The Eloquent Oboe » chez Oxford University Press ainsi que celui réalisé en collaboration avec Geoffrey Burgess « The Oboe » chez Yale University Press.

Je profite également de vous faire profiter de 2 Facteurs de Hautbois dont les photos m’ont inspiré :

Alberto Ponchio et Michael Taglinger

http://www.anciuti.com/index.php

http://www.barockoboen.de/Startseite/

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s